Harry Potter et l'Enfant Maudit : Le théâtre (The Palace Theatre)

[Avis] Harry Potter et l’Enfant Maudit à Londres 1


Jouée uniquement à Londres (pour le moment ?), la pièce de théâtre Harry Potter est toujours l’objet de l’attention de tous les fans, les potterheads. Elle a été la source de nombreuses polémiques, mais finalement que vaut-elle ? Cet avis sur la pièce de théâtre Harry Potter et l’Enfant Maudit ne contient aucun spoiler.

Famille Potter dans Harry Potter and the cursed child

Harry, James et Ginny Potter

Londres, jeudi 10 novembre 2016. D’étranges silhouettes se faufilent dans les rues de la capitale britannique, la direction ? Le Palace Theatre. Certaines de ces ombres sont affublées d’écharpes sang et or, tandis que d’autres n’hésitent pas à afficher les couleurs de Serpentard. Oui, les sorciers sont là en masse pour assister à cette représentation d’Harry Potter et L’Enfant Maudit.

On fait la queue, on s’impatiente… Et puis on s’émerveille. Avant même que la pièce, on ne peut qu’apprécier le choix du théâtre où sera jouée la pièce : marbre et bois nous accueillent sous les chandeliers électriques. Il y a déjà un peu de magie dans l’air !

Vite, vite, vite ! On se faufile vers la salle et celle-ci est au diapason du reste du théâtre : magnifique et semblant tout droit sortie de l’univers de J. K. Rowling. Il faut dire que ce théâtre a été ouvert en 1891 et garde un côté rétro indubitable ! Excellent choix !

On s’assoit. Les sièges sont étroits, si vous avez des longues jambes, vous souffrirez durant toute la pièce. Espérons que la souffrance en vaille la peine !

Soudain, un appel du Ministère de la Magie retentit dans la salle : nous sommes invités à éteindre nos téléphones portables et ne pas prendre de photo ; la représentation est sur le point de commencer.

Harry Potter et l'Enfant Maudit : L'intérieur du théâtre

Le rideau s’ouvre sur le premier décor de Harry Potter and the Cursed Child… Ce dernier est très sobre, de grandes arches, quelques valises et nous voilà à King Cross. La sobriété des décors tranche radicalement avec l’extravagance du théâtre. On retrouvera cette caractéristique tout au long de la pièce, les décors sont rendus les plus simples possible. Trop simple ? Non, pas vraiment, l’ambiance demeure. Et puis, il n’y a pas le choix : les scènes s’enchaînent rapidement et dans différents endroits.

Harry Potter and the Cursed Child : Retour sur le quai 9 3/4 !

Vous reconnaissez le quai 9 3/4 ?

L’histoire se prête en effet aux voyages et les protagonistes se retrouveront dans des situations qu’ils n’imaginaient pas (et nous non plus). On retrouve d’ailleurs toute la bande avec plaisir : Harry, Hermione, Ron, Draco, Ginny, etc. On découvre aussi leurs enfants ! En particulier Albus Severus Potter et Scorpius Malfoy, les deux héros de cette pièce. La qualité de l’intrigue elle-même n’est pas l’objet de cette critique, résumons donc par cette phrase : l’histoire d’Harry Potter et l’Enfant Maudit nous tient en haleine de bout en bout dans sa version jouée. Tant pis pour les approximations par rapport à l’univers canonique de la saga magique de J. K. Rowling.

Drago et Scorpius Malfoy

Drago et Scorpius Malfoy

Pour ceux d’entre vous qui ont lu le livre, il y a deux choses qui tranchent particulièrement en passant de la lecture à la version jouée. Et les deux sont Malfoy ! Tout d’abord, Scorpius acquiert une dimension plus comique et couarde grâce au jeu d’Anthony Boyle. Alex Price quant à lui transforme Draco Malfoy dont le rôle paraît secondaire dans le livre en lui donnant énormément de présence et de charisme. Il n’est plus un simple rouage de l’histoire, mais bien un personnage qui lui donne du caractère.

Pour ceux qui s’inquiéteraient de ne pas réussir à se défaire de l’image d’Emma Watson en Hermione Granger, soyez rassurés, Noma Dumezweni a un jeu d’acteur parfait et sait retransmettre toute la subtilité du personnage. La polémique sur le choix de cette actrice n’avait pas lieu d’être.

Famille Weasley dans Harry Potter and the cursed child

Ron, Hermione et Rose Weasley

De manière générale, les acteurs parlent vite et avec un accent britannique marqué. Si vous n’êtes pas réellement bilingue, vous devriez songer à lire la version papier afin de saisir toutes les subtilités de l’intrigue et des bonnes répliques. Quelqu’un ayant « seulement » un anglais courant pourra s’en sortir, mais loupera beaucoup de détails et de répliques cinglantes… Ce qui serait dommage, vu qu’au prix du billet, vous n’aurez sans doute qu’une seule occasion de voir la pièce.

Il existe un autre personnage dans Harry Potter et l’Enfant Maudit ayant un rôle capital, invisible, il est pourtant très présent tout au long de l’histoire : la Magie. Que serait une histoire de Harry Potter sans un peu de magie ? La mise en scène utilise tout l’attirail des effets spéciaux du théâtre et des illusionnistes pour lui donner de la présence sur scène. Là-dessus, on est donc servi !

Les blasons des maisons dans la version théâtrale de l'univers J. K. Rowling

Les blasons des maisons en version théâtrale

Conclusion

Si l’on met tout ça bout à bout, que penser de la pièce de théâtre Harry Potter et l’Enfant Maudit ? Elle tient la promesse de nous faire revenir dans l’univers de sorcellerie créé par J. K. Rowling, les forces et faiblesses de l’intrigue sont naturellement les mêmes que celles du script que vous pouvez trouver en librairie, mais la mise en scène et le brio des acteurs font tout oublier. La pièce dure environ 5 heures, séparée en deux parties, on ne voit pas le temps passer. La seule chose que l’on fait après être sorti du théâtre, c’est fouiller sa veste en espérant y trouver un retourneur de temps pour revoir la pièce.

 

Net C’est net :

  • La performance des acteurs
  • Le rythme de la pièce
  • L’ambiance
  • La magie, très présente
Pas net C’est pas net :

  • Le prix du billet
  • Le manque de confort de la salle pour les grandes personnes

Commentaire sur “[Avis] Harry Potter et l’Enfant Maudit à Londres

Les commentaires sont fermés.