La France bientôt leader des ICO (levée de fonds en cryptomonnaie) ? (Plus d'infos sur T'es Pas Net !)

La France bientôt leader des ICO (levée de fonds en cryptomonnaie) ?


Cela pourrait attirer en France une vague de start-up de nouvelle génération : d’après Les Échos, Paris pourrait bien devenir la capitale mondiale des ICO en leur offrant un cadre réglementaire favorable. Ceci est énorme et cet article vous explique pourquoi.

Mais au fait, c’est quoi une ICO ?

Aujourd’hui, lorsqu’une entreprise veut lever des fonds, elle a plusieurs façons de le faire : céder des parts de l’entreprise sous forme d’actions, émettre des obligations (emprunter sur les marchés financiers), emprunter aux banques, faire appel à des fonds d’aide, etc. Et dans la pratique, c’est souvent un mélange de tout cela.

L’entrée en bourse est la manière la plus efficace et rapide de lever de grosse quantité d’argent, en particulier pour les jeunes entreprises. Problème : ne rentre pas en bourse qui veut. Le processus demande des ressources en temps et en argent.
C’est alors que les cryptomonnaies entrent dans le jeu. L’entreprise réalise une ICO (Initial Coin Offer), elle va vendre des jetons (tokens) échangeable contre de la monnaie ou des services. Par exemple, la société de fourniture d’électricité Irene Energy propose aujourd’hui d’investir dans des tokens qui seront soit utilisables pour payer vos factures d’électricité, soit échangeables contre des euros sur les places de marchés dédiées aux tokens et cryptomonnaies.

Que va proposer la France pour les ICO ?

D’après Les Échos, le gouvernement français a l’ambition d’être à la pointe du sujet et veut légiférer rapidement. Toujours d’après le journal, cela se discutera probablement au Conseil des Ministre à la mi-avril, dans le cadre de la loi Pacte.

L’AMF (Autorité des Marchés Financiers) délivrera des visas optionnels, tout en autorisant les ICO sans visa. Quel intérêt alors ? Les ICO avec visa bénéficieront d’une bien meilleure crédibilité.

On est par ailleurs loin de la position de la SEC (Securities an Exchanges Commission), l’équivalent américain de l’AMF, qui a déclaré il y a peut vouloir appliquer aux ICO la même réglementation qu’aux entrées en bourse (IPO, Initial Public Offering).

La France pourrait donc non seulement devenir pionnière dans la réglementation des ICO, mais aussi siphonner tous les projets internationaux les plus sérieux. Pour information, en français, « Silicon Valley » se dit « Valée du silicium ».

La rumeur véhiculée par Les Échos a en tout cas attirer l’attention, y compris à l’étranger. On peut voir ci-dessous la réaction très positive du patron de la plateforme d’échange de cryptomonnaie Binance, l’une des plus importantes et populaires actuellement.


Photo d’illustration de l’article modifiée. Photo originale par par Art Anderson, CC BY-SA 3.0.

Laisser un commentaire