Nabrok : le pantalon en peau humaine

[Spécial Halloween] Nábrók, le pantalon en peau humaine islandais


On continue notre série d’articles spécial Halloween avec le folklore islandais, en particulier la sorcellerie au XVIIe siècle (qui était aussi mal vue chez eux qu’en Europe). Le pantalon en peau humaine (nábrók) était un des rituels de l’époque.

Oui, c’est de mauvais goût et répugnant, mais ce pantalon portait bonheur à son propriétaire et, surtout, multipliait les pièces ! Pas mal hein ?

Vous avez changé d’avis et voulez fabriquer le vôtre ? Le dernier pantalon restant est exposé au Musée Islandais de Magie et Sorcellerie, voici comment il décrit son rituel de fabrication :

Nábrókarstafur

Le symbole magique Nábrókarstafur (source)

« Si vous voulez faire votre propre nábrók, vous devez tout d’abord obtenir la permission d’utiliser la peau du défunt. Cette permission s’obtient de son vivant.

Après qu’il a été enterré, vous devez exhumer son corps puis écorcher la peau du cadavre d’une seule pièce depuis la taille vers le bas. Dès que vous entrez dans le « pantalon », il fusionnera avec votre propre peau.

Volez ensuite une pièce de monnaie à une veuve pauvre et placez la dans le scrotum avec le symbole magique nábrókarstafur dessiné sur un morceau de papier.

La pièce de monnaie fera apparaître d’autres pièces de monnaie dans le scrotum de manière à ce qu’il ne soit jamais vide, tant que la pièce originale n’est pas retirée.  »

Pour conserver les pouvoirs du pantalon en peau humaine, le propriétaire doit convaincre quelqu’un d’autre de mettre le pantalon et de passer sa jambe droite avant que le propriétaire n’enlève la jambe gauche (oui, c’est une sacrée gymnastique. Ainsi, le nábrók peut garder ses pouvoirs magiques sur plusieurs générations.

En revanche, si le propriétaire meurt en portant son pantalon en peau humaine, son corps sera infesté de poux dès sa mort et le Salut de son âme sera en danger.

 

Nabrok : le pantalon en peau humaine

Photographe : Sigurður Atlason